News_Abonnement : Lien surfacebook Lien Forums

Réunion

Pétition

-Miahella - Non au soupçon de pauvreté
Non au soupson de pauvreté
Non au délit d`être étranger
- Tous les enfants à l`école Nous avons lancé la pétition Aux Maires de France, Recteurs d`Académie, Ministre de lè`Education nationale: Inscrivez tous les enfants à l`école et j`ai besoin de votre aide pour la faire décoller. Signez
- FaceBook Tous les enfants à l`école A la rentrée, les enfants des bidonvilles doivent pouvoir aller à l`école comme tous les enfants. Page facebook pour y mettre des infos / école ... liker et diffusez Accès Facebook
- Pétition au maires Nous sommes à un tournant de l`accueil des populations migrantes de culture rom dans notre métropole et dans notre région. dant plusieurs années, leur présence n`a été envisagée que comme une gêne. Elle a été traitée par le démantèlement des campements illégaux où la misère les reléguait. Les pouvoirs publics, dans leur ensemble, pensaient que ces interdits seraient compris par les intéressés et qu`ils en tireraient les conséquences, à savoir qu`ils s`en iraient.
Le bon Tract

-Non au délit de Pauvreté
Reportage

Activité de marionnettes à l`école et au collège de Villeneuve d'Ascq...

Menegua

Association FRanCOlombienne

103, rue des Sarrazins

0695081690

assomenegua.wordpress.com

Reportage

-Nouvelle Pétition-
Tous les enfants à l`école Nous avons lancé la pétition Aux Maires de France, Recteurs d`Académie, Ministre de lè`Education nationale: Inscrivez tous les enfants à l`école et j`ai besoin de votre aide pour la faire décoller.
Insertion par l`Emploi et le Logement

-Pour un projet professionnel : Insertion par l`Emploi et le Logement

Garde ... Veille Estivale ...


Actualités

Zoom Le Collectif solidarité Roms de Lille Métropole Communiqué du dimanche 19 août 2018 De : Pierre Le : 2018-08-27 15:30:56

Le Collectif solidarité Roms de Lille Métropole 
Communiqué du dimanche 19 août 2018

Le Collectif solidarité Roms de Lille Métropole dénonce la politique absurde de déplacements forcés de bidonvilles vers d'autres bidonvilles menée par la Préfecture du Nord et la Ville de Lille.

Le 27 juillet, après que la Police Nationale est venue à plusieurs reprises les jours précédents leur indiquer qu'ils devaient partir d'eux-mêmes avant expulsion, les habitants de la rue de Bavay ont de fait quitté les lieux. Le jour même, les familles se sont réparties dans de nouveaux bidonvilles dans le Vieux-Lille, à Fives et à Ronchin.

Même "stratégie" déplorable pour le bidonville du carrefour Pasteur à Lille : la Police Nationale est venue à plusieurs reprises ces dernières semaines expliquer à ses habitants que le terrain serait démantelé le 20 août, et qu'ils devaient « dégager » avant. Seules cinq familles sur les trente cinq présentes ont été prises en charge vendredi 17 août par la Préfecture, via la Sauvegarde du Nord, en vue d'un relogement. Les autres se sont résignées à quitter le terrain dans la soirée de vendredi avec les caravanes encore en état de rouler pour se réfugier pour certaines sur un nouveau terrain dans le Vieux-Lille et pour les autres pour aller s'installer sur trois bidonvilles existants à Fives, dans le Vieux-Lille et à Wasquehal, au risque de les déstabiliser.

Pour le Collectif, ce déplacement forcé ne se justifie en aucune manière alors même que les familles avaient sollicité le Juge de l'exécution pour obtenir des délais. L'audience est prévue le 25 octobre au Tribunal de Lille, et le Préfet en avait été informé. Ces familles souhaitent vivre dans la durée en France et dans notre métropole où les enfants sont scolarisés.

Le Collectif invite donc une nouvelle fois le Préfet à mettre en place la large concertation prévue par l'instruction gouvernementale du 25 janvier 2018 pour la résorption des bidonvilles, en y associant les migrants roms eux-mêmes et les associations qui les soutiennent.
Pour le Collectif, Mireille Labrouche et Dominique Plancke
c/o MRES
23 rue Gosselet
59000 Lille

Zoom Les Roms du carrefour Pasteur n’ont pas attendu le face-à-face avec la police De : Pierre Le : 2018-08-27 15:29:14

Lille

Les Roms du carrefour Pasteur n’ont pas attendu le face-à-face avec la police

Lien vers le site

 
 
 
 
 
 
 
 

Difficile d’imaginer qu’il y avait une vie au milieu de ce capharnaüm. Encore moins une chapelle où la communauté se réunissait pour prier. De confession évangélique, les familles ont pris soin de la désacraliser avant de plier bagage dès vendredi.

 

L’histoire se répète. Propriété de la Mel depuis le 1er janvier 2017, ce délaissé routier qui appartenait autrefois au Département, a connu bien des péripéties depuis dix ans. Des drames aussi. En 2015, un violent incendie avait pris la vie d’un enfant.

 

Edition numérique des abonnés

 

Flanqué entre deux voies rapides, 35 familles - environ 130 adultes et enfants - partageaient la vie de ce bidonville. Les autorités avaient prévu de le démanteler ce lundi au petit matin selon le Collectif solidarité rom Lille-Métropole, alerté vendredi matin à l’issue d’une réunion en Préfecture.

Après l’évacuation du campement de la rue de Bavay, le 27 juillet dernier, les services de l’État accélèrent le mouvement. Ces démantèlements relèvent de la circulaire gouvernementale du 25 janvier qui vise à résorber les bidonvilles sur tout le territoire. Mais pour les associations, ces opérations ressemblent plus à des déplacements forcés.

À deux semaines de la rentrée scolaire

C’est le sentiment de Dominique Plancke, membre du Collectif, qui en veut aussi à la ville : «  On ne propose aucune solution de rechange aux familles. On leur met la pression pour qu’elles partent. Elles s’éparpillent dans d’autres campements. On les envoie dans une nouvelle précarité...  » À deux semaines de la rentrée scolaire, ce démantèlement pose évidemment la question de la scolarité des enfants. Elle est essentielle dans les politiques d’intégration et pour le travail des associations. «  Plusieurs personnes du campement sont salariées dans des entreprises de la métropole  » indique Dominique Plancke.

La majorité des familles ont rejoint deux campements lillois et le terrain vague d’une commune voisine ce week-end. Cinq familles auraient été prises en charge par les services de l’État et seraient logées à l’hôtel depuis vendredi soir dans l’attente d’une solution plus pérenne.

 

PHOTO FLORENT MOREAU LA VOIX DU NORD

PHOTO FLORENT MOREAU LA VOIX DU NORD - VDNPQR

 

Dimanche soir, il restait une dizaine de caravanes, hors d’usage, sur le campement.

Ce lundi matin, à l’heure prévue de l’évacuation, les grilles du site ont été cadenassées et un engin de la Mel se préparait à déblayer.

 

Edition numérique des abonnés

 

Zoom Le vrai du faux sur l’accueil des réfugiés soudanais + A Propos des roms De : Pierre Le : 2018-08-27 15:25:28

Lille

Le vrai du faux sur l’accueil des réfugiés soudanais + A Propos des roms

Lien vers le site

L’accueil des réfugiés soudanais est financé par l’État grâce à des fonds européens. PHOTO: Thomas LO PRESTI
L’accueil des réfugiés soudanais est financé par l’État grâce à des fonds européens. PHOTO: Thomas LO PRESTI - VDNPQR

Martine Aubry a proposé d’accueillir une partie des réfugiés de l’Aquarius : VRAI

 

Le 19 juin, au lendemain de l’arrivée en Espagne des 630 migrants sauvés au large de la Libye, le maire de Lille a proposé son soutien à l’Ofpra. Répondant à l’engagement du gouvernement français d’accueillir, au titre du droit d’asile, 78 naufragés. La ville de Lille et la Préfecture du Nord ont accueilli 42 migrants âgés de 18 à 30 ans. Le reste du groupe a été pris en charge à Marseille et Avignon.

 

 

C’est la ville de Lille qui paye tout : FAUX

Le droit d’asile relève de l’État qui a mandaté l’association La Sauvegarde pour accompagner les 42 réfugiés soudanais. L’État finance cet accueil grâce à des fonds européens. La mairie met à disposition, gratuitement, les anciens locaux de la maison de retraite C. Corot. Propriété du CCAS, ce dernier prend en charge les factures d’eau et d’électricité (1 500 € par mois en 2015 pour l’accueil des réfugiés syriens). Budget total du CCAS : 19,8 M € pour 15 000 foyers bénéficiaires.

Lille a déjà accueilli des réfugiés : VRAI

Septembre 2015. L’image du corps sans vie du petit Aylan, un enfant syrien échoué sur une plage turque, bouleverse le monde entier. Immense élan de solidarité populaire et politique. Lille est l’une des premières villes à accueillir des réfugiés syriens. Quelque 200 Lillois proposent d’accueillir des réfugiés chez eux. Une cinquantaine de familles sont logées dans l’ancien Ehpad Corot pendant 18 mois. Une vingtaine d’enfants sont scolarisés. Fin 2016, quinze adultes avaient trouvé un emploi.

 

Les familles syriennes avaient été logées dans l’ancien Ehpad Camille Corot.

Les familles syriennes avaient été logées dans l’ancien Ehpad Camille Corot. - VDN

 

 

La ville a fermé une maison de retraite pour accueillir des migrants : FAUX

Elle a fermé ses portes en 2013 car les locaux n’étaient plus adaptés. L’établissement hospitalier comptait 35 lits qui n’ont pas été compensés. Le CCAS gère six Ehpad (155 lits) en attendant la création annoncée d’un pôle gériatrique , en lien avec le CHU. La résidence C. Corot est mise à disposition des publics vulnérables. Cet hiver, des femmes fragilisées ont pu y trouver refuge.

 

L’Ehpad a fermé ses portes en 2013. Il n’était plus adapté aux besoins des personnes âgées. PHOTO THIERRY THOREL

L’Ehpad a fermé ses portes en 2013. Il n’était plus adapté aux besoins des personnes âgées. PHOTO THIERRY THOREL - VDNPQR

 

 

L’Ehpad a fermé ses portes en 2013. Il n’était plus adapté aux besoins des personnes âgées. PHOTO THIERRY THOREL

L’Ehpad a fermé ses portes en 2013. Il n’était plus adapté aux besoins des personnes âgées. PHOTO THIERRY THOREL - VDNPQR

 

Lille prend en charge 70 % des sans abri de la métropole : VRAI

Chaque hiver, partout en France, les besoins en hébergement se concentrent sur les villes centre. Dans la métropole, près de 70 % des publics qui ont besoin d’un abri sont pris en charge à Lille via le Samu social et les associations. En 2017, la ville a versé 300 000 € de subventions aux ONG, dont 80 000 pour les maraudes qui fonctionnent hiver comme été. Montant des subventions aux associations : 26,5 M €.

Le nombre de titre de réfugiés délivrés à Lille a explosé : FAUX

Les Roms sont souvent perçus comme relevant de l’immigration clandestine. Or, ils sont citoyens européens depuis l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l’UE en 2007. Ils ont le droit de séjourner en France et d’y travailler. À ne pas confondre avec les demandeurs d’asile et le statut de réfugié qui les protège mais qui n’est pas systématique. En 2017, la Préfecture du Nord a délivré 408 titres de séjour au titre de la protection subsidiaire ou du statut de réfugié sur un total de 29 198 cartes de séjour attribuées (372 pour 28 688 en 2016).

 

L’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) est placé sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur. Il existe plus de cinquante directions territoriales, dont celle de Lille installée au 2, rue Tenremonde.

L’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) est placé sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur. Il existe plus de cinquante directions territoriales, dont celle de Lille installée au 2, rue Tenremonde.

 

La métropole lilloise attire les étudiants étrangers : VRAI

Parmi ces titres, on relève que le nombre des cartes de séjour délivrées aux étudiants étrangers, et spécialement dans la métropole lilloise, progresse de manière continue de 3 à 4 % chaque année. Ils étaient 5 200 l’an dernier. Une autre catégorie se distingue : les passeports talents (4 ans). Ils concernent des jeunes diplômés, des investisseurs, des artistes, des sportifs...

Les migrants ont un impact négatif sur l’économie : FAUX

Alors que l’Europe se déchire sur l’accueil des migrants, une étude du CNRS, publiée en juin, démontre qu’ils sont un atout pour l’économie. Hausse du PIB et baisse du chômage. Les chercheurs ont analysé les données relatives aux migrations de quinze pays européens depuis 1985. Les hôteliers et les restaurateurs viennent de demander au gouvernement des facilités pour embaucher des étrangers faute de candidats chez les demandeurs d’emploi. Une réalité souvent évoquée dans la métropole lilloise.

Réfugiés et Roms: une solidarité à deux vitesses?

Sous pression, le camp de Roms de la rue de Bavay a été évacué le 27 juillet dernier. PHOTO BAZIZ CHIBANE LA VOIX DU NORD

La presse abandonne les Roms à leur sort : FAUX

Les déclarations de Martine Aubry et du Préfet, Michel Lalande, lors de la cérémonie ont suscité de nombreuses réactions et indigné ce lecteur qui dénonce une conscience humanitaire à deux poids deux mesures dans l’accueil des réfugiés et des Roms. Ce militant nous reproche au passage «  un silence coupable et complice  » sur le sort réservé aux populations des bidonvilles. Nous relatons ces évacuations comme nous avons relayé l’appel du père Arthur à Emmanuel Macron après le démantèlement brutal du campement de la rue de Bavay le 27 juillet. Nous avons fait écho de la condamnation de la ville et de l’Etat pour avoir expulsé, illégalement, le 3  novembre 2017, les familles roms installées le long de l’Esplanade.

Fin 2007, les autorités ont évacué le bidonville du Pont Royal en pleine trêve hivernale. Le tribunal a par la suite condamné la ville et la Préfecture. PHOTO EDOUARD BRIDE LA VOIX DU NORD

Il y aura d’autres évacuations dans la métropole : VRAI

On sait que les services de l’État procéderont à de nouvelles évacuations dans les prochaines semaines, probablement au carrefour Pasteur ce lundi. Elles interviennent dans le cadre de la circulaire gouvernementale du 25 janvier 2018 qui vise à «  résorber durablement les campements illicites et les bidonvilles. » Dix-neuf campements, dans lesquels vivraient 460 personnes, seraient identifiés comme étant à risques dans l’agglomération lilloise (incendie, proximité de grands axes, de voies ferrées...)

Sous pression, le camp de Roms de la rue de Bavay a été évacué le 27 juillet dernier. PHOTO BAZIZ CHIBANE LA VOIX DU NORD

En théorie, ces évacuations doivent faire l’objet de propositions de relogement. L’adhésion des familles, éprouvées par le nomadisme et attachées à la vie en communauté, est un travail de longue haleine et de confiance pour les associations.

 

 

Il n’existe aucun dispositif pour les Roms à Lille : FAUX

Dès 2009, la ville a mis en place un village d’insertion dans le quartier de Fives en partenariat avec l’association Afeji. Ce terrain permet d’accueillir cinq familles pour des séjours qui durent en moyenne trente mois. Le temps nécessaire pour intégrer ces familles, trouver un emploi et un logement durable. Hellemmes accueille le même dispositif. Lille dispose également d’un sas d’insertion à La Citadelle, au pied du pont Léon-Jouhaux. Il est géré par l’État.

Depuis 2009, à Fives, un village d’insertion permet de loger des familles roms dans des conditions décentes tout en favorisant leur intégration. Photo C.Lefebvre La Voix du Nord.

La scolarisation des enfants, trop souvent trimballés au gré de l’hospitalité des villes, est essentielle dans la réussite des politiques d’intégration. Cette année, 93 enfants issus de la communauté rom et des gens du voyage ont été scolarisés à Lille. Un millier de personnes, soit 240 familles, vivent dans des campements ou des squats informels dans la métropole.

Zoom Les Roms du carrefour Pasteur à Lille expulsés lundi De : Pierre Le : 2018-08-27 15:21:51

Les Roms du carrefour Pasteur à Lille expulsés lundi

Lien vers le site

Le camp du carrefour Pasteur à Lille (Nord) près de la gare Lille-Europe sera expulsé lundi 20 août 2018 dès 6 h. 134 personnes y vivent. Perturbation de circulation en vue.

Publié le 18 Août 18 à 15:01 |Modifié le 18 Août 18 à 15:11

Claudio et sa famille. Un cinquième enfant doit naître dans un mois et demi.

Claudio et sa famille. Un cinquième enfant doit naître dans un mois et demi. (©AS Hourdeaux/Croix du Nord)

Un des plus gros camps de la métropole lilloise (Nord), celui du Carrefour Pasteur, situé près de la gare Lille-Europe et la MEL (Métropole européenne de Lille), devrait être expulsé la semaine prochaine, et sans doute lundi 20 août 2018. Il compte actuellement 134 personnes, dont de nombreux enfants.

Deux autres camps ont déjà été évacués cet été, dont celui de la rue de Bavay à Lille.

Les associations, comme le collectif rom de la métropole lilloise, sont effrayées de cette politique qui ne règle aucun problème et qui précarise encore plus les familles roms.

Ce camp est calme, les familles se sont cotisées pour disposer de deux bennes à ordure. Leur caravanes sont intransportables, elles ne pourront pas les déplacer. Elles vont vraiment se trouver à la rue avec très peu d’affaires personnelles. Où vont-elles aller ? » s’émeut Dominique Plancke, du collectif rom.

Claudio est à Lille depuis 8 ans. Sa femme attend leur 5e enfant, elle est enceinte de 7 mois et demi. Leur fille aînée à 8 ans. Il travaille dans le bâtiment et a des fiches de salaire.

Je vais aller où ? Et mes enfants ? Je suis un citoyen européen, c’est pas normal… »

Rencontré ce vendredi 17 août 2018, il n’a aucune idée du lieu où il ira si l’expulsion est confirmée la semaine prochaine.

Sur les 134 personnes du camp Pasteur, deux familles ont obtenu un logement récemment. 6 autres familles devraient obtenir un logement, et 30 personnes devraient bénéficier de quelques nuits d’hôtel à Douai. « Mais pourquoi pas tout le monde ? », s’étonne Mireille du collectif rom.

Le collectif rom ne connaît pas les critères de la préfecture sur ces attributions de logement. « Le fait d’avoir des enfants en bas âge, de travailler, de manifester une volonté d’insertion comptent dans ces attribution, mais certains rentrent dans ces critères et n’obtiennent pas de logement… »

Un plus grands nombre de bidonvilles !

Dominique Plancke explique que cette politique d’expulsions est génératrice de constitution d’un plus grand nombre de bidonvilles encore. Paradoxal.

Prenons l’exemple du camp de la rue de Bavay à Lille expulsé cet été. Ce sont aujourd’hui 4 camps plus petits qui sont nés de cette expulsion ! » Et ces camps sont souvent plus dans des situations plus précaires encore qu’avant.

 

Du côté de la préfecture, on rappelle que « les expulsions sont l’application de décision de justice ». Effectivement, le camp Pasteur, illégal, devrait déjà être expulsé depuis 2016, suite à une décision de la cour d’appel de Douai.

La proximité avec la braderie de Lille a-t-elle accéléré le processus ? Ce secteur du carrefour Pasteur n’est pas dans le périmètre. Le seul changement récent est que le terrain, jusque là propriété du Département du Nord, est passé sous propriété de la MEL en janvier 2017.

Qui incitent les Roms à refuser les relogements ?

Après l’évacuation d’un camp rue de Bavay à Lille en pleine canicule à Lille fin juillet 2018, le préfet du Nord Michel Lalande avait dénoncé dans un communiqué ceux qui conseillaient aux roms de refuser les propositions de relogement, c’est-à-dire « les personnes se croyant bien intentionnées qui ont incité les occupants à refuser ces propositions (de relogement) et à rejoindre un autre site ». Vise-t-il les associations ?

Dominique Plancke, du collectifs roms de la métropole lilloise, rappelle qu’en général, ce sont les policiers qui viennent plusieurs jours avant les expulsions inciter les personnes à partir d’elles-mêmes. « Ce ne sont pas les associations qui incitent les personnes à refuser les solutions de relogement. Il n’y a aucune anticipation, ces solutions sont proposées souvent tardivement, le jour de l’expulsion parfois alors que beaucoup de familles sont parties… »

1000 roms dans 24 à 25 camps sur la métropole lilloise

Le responsable de la direction tziganes et voyageurs de la Sauvegarde du Nord, Martin-David Brochen, connaît bien la situation des roms de la métropole lilloise, qui sont actuellement entre 1000 et 1050, répartis dans 24 à 25 camps.

« Ce sont souvent des nuitées d’hôtel qui sont proposées aux familles roms. Ce logement reste donc précaire, et le lieu des hôtels se situe parfois loin de Lille. Comment accepter cette proposition qui peut précariser encore davantage les familles qui de toute façon après deux ou trois nuits d’hôtel se retrouveront à la rue ? »

Bien sûr, affirme-t-il, « les bidonvilles sont indignes et nous oeuvrons à leur disparition ». Mais il faut  bien reconnaître que dans ces lieux se vivent des solidarités qui aident ses familles à survivre.

D’autres camps seront-ils expulsés cet été ? Réponse de la préfecture : « Les campements illicites ont, dans leur totalité, vocation à être résorbés, dans le respect des lois et des textes en vigueur ». L’été est souvent le temps des expulsions…

Un autre camp commence à poser problème : celui de Wattrelos près de la friche Kuhlmann. « Il n’y avait que 30 personnes et c’était assez calme. Mais d’autres personnes sont venues le grossir à cause d’une expulsion rue du curoir à Roubaix et de l’incendie rue des couteaux. Cela pose des problèmes de voisinage… », confie Dominique Plancke.

Circulation très perturbée

Pour ceux qui empruntent ce secteur routier qui est un véritable noeud de circulation (entrée du Vieux Lille, accès aux autoroute et aux mini-tunnels ainsi qu’aux gares), sachez que même si les roms partent avant l’expulsion, la circulation risque d’être très perturbée lundi 20 août 2018 si la date est confirmée. Car il faudra bien aux forces de l’ordre soit évacuer la cinquantaine de caravanes ; soit les détruire sur place. Ce qui nécessitera de neutraliser des voies de circulation. Et si des familles sont encore présentes, il faudra de tout façon ralentir dans ce secteur pour éviter des accidents.

Le camp compte même une église ! Le culte évangélique y est vécu.chaque dimanche (© AS Hourdeaux/Croix du Nord)

Lille Actu
SociétéLille ActuHauts-de-FranceLille

Zoom Associaiton Epis Recherche Bénévoles De : Pierre Le : 2018-08-27 15:19:39

Recherche Bénévoles

Epis Asso

Bonjour, dans le cadre de nos actions sur l'un des bidonvilles de la métropole lilloise, nous recherchons des bénévoles pour animer les ateliers maternelle/élémentaire le dimanche après midi et un atelier de remise à niveau de français et d'aide aux devoirs chaque semaine (jour et heure a définir avec les bénévoles).
Pas besoin de compétences particulières, juste de la bonne humeur !
Si vous êtes intéressés, contactez-nous par mail l'adresse suivante : epis.association@gmail.com ou par Facebook !
Au plaisir de vous rencontrer !

Prochaines réunions!!! lire


News Abonnement par mail

  

Carte des camps Roms 59/62

Lien Cartes des camps

Au comptoir

Fatal error: Uncaught Error: Call to undefined function mysql_query() in /customers/e/4/8/roms5962.fr/httpd.www/roms/wp_comptoir.php:74 Stack trace: #0 /customers/e/4/8/roms5962.fr/httpd.www/roms/wp.php(1731): include() #1 {main} thrown in /customers/e/4/8/roms5962.fr/httpd.www/roms/wp_comptoir.php on line 74